FRANCE - RUSSIE Le récit de la montée en puissance des championnes du monde en titre jusqu'à la finale de cet après-midi à Paris (17h30).

Les Françaises ne sont plus qu'à une victoire, cet après-midi (17 h 30) contre les Russes à Paris, du premier titre européen de leur histoire. Retour sur un parcours marqué par leur capacité à se remettre en question.

Lundi 26 novembre : l'installation en Lorraine

Les Bleues prennent leurs quartiers pour une dizaine de jours à Nancy. La semaine précédente, elles ont disputé une série de matchs amicaux en préparation du championnat d'Europe. Si elles l'ont emporté de justesse contre le Danemark (22-20) et la Hongrie (18-19), elles se sont inclinées face à la terrible Norvège (23-21). Pas complètement rassurées, elles entament l'Euro qu'elles attendent depuis des mois.

Jeudi 29 novembre : Défaite face aux Russes

Pour leur entrée dans la compétition, les Françaises se font cueillir à froid par la Russie (23-26). Après la rencontre, les Bleues ne semblent pas inquiètes. " On veut trouver des solutions collectives, personne ne joue à Zorro ", analyse Alexandra Lacrabère. " Du coup, on prend peut-être moins nos responsabilités. On a encore le temps. Une compet'ça va vite, mais c'est très long à la fois. "

Dimanche 2 décembre : rassurées contre la Slovénie

Les Bleues retrouvent le sourire contre la Slovénie (30-21) dans une atmosphère grandiose. Le Palais des Sports de Nancy affiche complet depuis plusieurs semaines. Rentrée sept minutes en jeu, Pauletta Foppa réalise un 3/3 au tir. La pivot de 17 ans devient la plus jeune Tricolore à disputer une compétition officielle. Allison Pineau, elle-même en sélection nationale depuis ses 17 ans, prévient : " Il faut bien l'encadrer pour qu'elle se construise correctement et qu'elle explose au bon moment. Pas trop de désordre autour d'elle s'il vous plaît ! "

Lundi 3 décembre : L'arbitrage et le Monténégro

Avec une défaite et une victoire, l'équipe de France joue sa qualification pour le second tour face au Monténégro. " La rivalité avec cette équipe est forte ", prévient le coach Olivier Krumbholz. " Quand vous allez à Podgorica en club, vous en prenez plein la bouche. On espère un bon arbitrage. Si la Fédération européenne n'est pas capable de mettre un terme à certains gestes, on va dans le mur. Il n'y a pas de volonté de blesser mais c'est très vicieux, avec des fautes incorrectes et du cinéma. "

Mardi 4 décembre : Nette victoire contre le Monténégro

Les arbitres sont à la hauteur et la France se sort du piège (25-20). Estelle Nze-Minko, actuelle meilleure buteuse des Bleues avec 34 unités à 85 % de réussite, démontre une nouvelle fois son potentiel offensif, avec un 7/7 au tir ce soir-là.

Jeudi 6 décembre : les Danoises refroidies

Les Bleues sont désormais à Nantes pour le tour principal qu'elles débutent brillamment. Les Danoises ne parviennent pas à les inquiéter très longtemps (29-23). Estelle Nze-Minko est toujours sur son nuage (6/6 au tir). " On reçoit six billets par joueuse et par match mais comme je connais du monde ici, j'en gratte quelques-uns à mes partenaires. Environ une quinzaine... "

Vendredi 7 décembre : la caisse noire bien remplie

Béatrice Edwige évoque la comptabilité secrète du groupe. À chaque retard à l'entraînement, à chaque oubli de gourde, les joueuses mettent quelques sous dans le pot commun pour se faire un restaurant à l'issue de la compétition. " Estelle Nze-Minko oublie tout le temps plein de choses ! Manon Houette aussi. Le téléphone de notre chère capitaine Siraba Dembélé sonne souvent de manière intempestive... "

Samedi 8 décembre : France-Suède reporté

Le championnat d'Europe n'échappe pas à l'actualité. Pour préserver la sécurité autour de la Hall XXL en ce jour de manifestations, l'opposition contre la Suède est reportée au lendemain. Dimanche, les deux équipes se séparent sur un match nul (21-21).

Lundi 10 décembre : Niombla remplace Niakaté

Kalidiatou Niakaté (3 buts en 36 minutes de jeu) n'a pas convaincu Olivier Krumbholz. C'est Gnonsiane Niombla, plus expérimentée, qui la remplace. " C'est une opportunité inouïe. Ma première pensée a été pour Kali parce que j'ai vécu cette déception il y a quinze jours. Maintenant que je suis là, je dois tout donner. " Le groupe s'impose contre la Serbie deux jours plus tard (38-28).

Jeudi 13 décembre : Laura Flippes fête ses 24 ans

La Messine brille depuis le début de la compétition. Avec 20 buts sur 22 tentatives, elle est la joueuse la plus efficace en attaque, à 91 % de réussite.

Vendredi 14 décembre : elles sont en finale !

Les Tricolores dominent largement les Pays-Bas à Bercy (21-27). Laura Glauser brillante dans ses buts avec 50 % d'arrêts éclate en sanglots au coup de sifflet final. La gardienne a accouché il y a moins de six mois. " J'ai travaillé très dur pour revenir. Je suis très fière de cette équipe et de voir ce que l'on est en train de faire. "