Arrivé à Bayonne à l'été 2015, Pablo Huete a quitté le Pays basque au printemps dernier. Non reconduit par le staff de l'Aviron après trois saisons, le deuxième ligne a d'abord émargé sur la liste des joueurs chômeurs. Sollicité par Dax (Fédérale 1), l'Argentin a d'abord pris la direction des Landes. Mais le recrutement ne fut finalement que de courte durée. Faisant jouer une clause dans son contrat lui permettant de répondre favorablement à la proposition d'un club professionnel, Pablo Huete a pris la direction d'Angoulême, en Pro D2. Débarqué en Charente fin août pour palier à deux blessures à son poste, le Chilien de 29 ans ne regrette pas son choix et apprécie son nouveau cadre sportif.

" Sud Ouest " Quels sentiments vous habitent avant de retrouver l'Aviron ?

Pablo Huete Je suis très content ! J'aimais beaucoup la ville de Bayonne et ça me fait plaisir d'y revenir. J'y ai passé trois excellentes saisons. J'ai gardé beaucoup de copains dans l'équipe et c'est toujours sympa de jouer contre des amis. Mais pendant 80 minutes, il ne sera plus question d'amitié.

L'Aviron Bayonnais n'a pas reconduit votre contrat en 2015. Y-a-t-il un désir de revanche ?

J'avoue que je n'ai jamais trop compris ce qu'il s'est passé. Au début, le club avait l'air plutôt partant pour me conserver et finalement cela n'a pas été jusqu'au bout... Maintenant, cela me passe au dessus. C'est le rugby qui est comme ça.

Comment cela se passe-t-il à Angoulême ?

Je suis très content d'avoir atterri ici. C'est un club très sérieux, on s'entraîne bien. Les mecs sont très sympas, très disponibles. Ils m'ont beaucoup aidé quand je suis arrivé, ce qui m'a permis de vite trouver mes repères. J'ai déjà joué quatre matchs. C'est plaisant d'être souvent utilisé. Surtout que je ne m'y attendais pas forcément. Je n'ai pas fait une préparation extraordinaire puisque j'ai navigué entre le chômage, Dax et finalement Angoulême. Il faut un peu de temps pour retrouver un certain niveau physique.

On imagine qu'il n'est pas plaisant pour un joueur d'être sur cette liste de chômeurs...

Effectivement, ce n'est jamais agréable d'être sans club. Mais cela aide beaucoup. Comme on ne compte pas comme un joueur supplémentaire lorsqu'on est sur cette liste, cela intéresse vraiment les clubs. Ça permet de rebondir. J'ai eu plutôt de la chance. Il faut savoir en profiter. J'essaie toujours de me donner à fond, ne serait-ce que par respect pour les mecs sur le banc ou non sélectionnés.