BRIVE - SA XV Lebas revient sur ses années charentaises et sur le choc de dimanche face à ses anciens coéquipiers.

Prêté par Brive à Angoulême durant deux saisons, Victor Lebas est reparti chez les siens au printemps dernier. Lui, le môme du CAB qui a fréquenté toutes les catégories du club corrézien depuis ses 5 ans, jusqu'à devenir capitaine et champion de France espoirs en 2013, avant de signer professionnel. En Charente, le deuxième ligne a accumulé du temps de jeu et de l'expérience, a démontré l'étendue de son savoir-faire.

Victor Lebas espère désormais s'affirmer dans son club de coeur. Blessé au genou lors de la quatrième journée, le jeune homme, titulaire contre Biarritz et remplaçant contre Bayonne et Béziers, a manqué la fin du premier bloc mais espère être aligné ce week-end. Dimanche à 14h15, " Babas " et son casque noir feront face au SA XV, lui qui s'impatiente de revoir les copains.

" Sud Ouest "Comment allez-vous depuis votre départ du SA XV ?

Victor Lebas Je me suis fait une entorse au genou et je ne me suis pas entraîné depuis trois semaines mais à part cela, ça va très bien ! J'espère rejouer ce week-end. Évoluer en Pro D2 à Angoulême m'a aguerri et le staff le voit. Le coach principal a changé, c'est maintenant Jérémy Davidson. J'aime beaucoup son style de management. Il me fait penser à Julien (Laïrle). Plutôt dur dans le rugby mais très gentil sur le plan humain. Tout le monde l'écoute. Quant à Didier Casadei (l'entraîneur des avants, NDLR), il m'a toujours bien aimé et marche à l'affectif.

Comment jugez-vous le début de saison du CAB ? (4 victoires, 1 nul, 1 défaite)

Je crois qu'on a eu un peu de mal à s'adapter. L'ossature du Top 14 est restée et plusieurs joueurs n'ont pas l'habitude de la Pro D2 où l'on se sait attendu. Les rucks sont plus disputés, la vitesse du jeu est plus lente. Les arbitres jugent les matchs différemment. On s'est rodé sur le premier bloc. On a mis quatre matchs pour mettre notre jeu en place.

On imagine votre émotion en revenant à Amédée-Domenech...

Finalement, je n'y ai joué qu'un match, lors de la 4e journée. Cela m'a fait bizarre de remettre le maillot de Brive. Je connaissais déjà beaucoup de joueurs. Les kinés, les préparateurs physiques ou les vestiaires sont toujours les mêmes. J'ai l'impression de n'être jamais parti. Cela s'est bien passé d'entrée.

Vous vous sentiez également très bien à Angoulême...

Effectivement. On n'était pas loin de prolonger le prêt, j'aurais pu rester une troisième saison. Mais on est arrivé à un moment où je ne pouvais plus faire attendre Julien (Laïrle) et Didier (Pitcho). Brive voulait que je revienne. Le but d'un prêt est de rentrer même si cela se passe finalement rarement comme cela. J'ai fait le choix de retourner au CAB et c'est un défi pour moi. Il me reste qu'une seule année de contrat. Je me suis mis en danger. La concurrence est forte à mon poste donc je dois élever mon niveau de jeu. Je veux voir de quoi je suis capable.

Y a-t-il une certaine pression au club pour remonter dès cette saison en Top 14 ?

Non, ce n'est pas le principal objectif. Le coach nous a dit qu'il fallait d'abord reconstruire l'équipe. Si beaucoup de joueurs sont restés, il y a quand même eu un turnover et pas mal de jeunes recrues. La moyenne d'âge est passée de 29 à 25 ans dans l'équipe il me semble. On va se mettre au pli de la Pro D2 et voir au cours de la saison si on peut le faire. Après, tout le monde l'a bien sûr dans un coin de la tête. Quand tu es le deuxième budget de Pro D2 tu te dois d'y penser.

Comment jugez-vous les premiers résultats du SA XV ?

Je suis surpris de leur régularité. Particulièrement sur les matchs à l'extérieur. Ils ont réussi à prendre des bonus à chaque fois alors qu'ils nous échappaient par le passé. L'équipe a mûri. Du coup, je ne suis pas étonné de leur début de saison. Ils ont passé un cap. Pourvu que ça dure pour eux.

Dans quel état d'esprit pensez-vous trouver vos anciens partenaires dimanche ?

Je sais très bien, pour l'avoir vécu de l'intérieur, qu'ils ne feront pas l'impasse. Même contre le relégué de Top 14 à l'extérieur. S'il y a des rotations, ils viendront avec la même envie que ce qu'ils ont montré depuis le début de la saison. À nous de savoir les recevoir. J'espère de tout coeur que l'on va gagner. J'ai gardé des liens forts avec pas mal de joueurs qui sont devenus des amis. Il me tarde de les voir ! J'irai à leur hôtel samedi quand ils arriveront.