L'ADVERSAIRE L'entraîneur d'Oyonnax Adrien Buononato estime que le SA XV ne reproduira pas deux fois la performance de Bayonne.

Après la cuisante défaite concédée à Bayonne vendredi dernier (60-9), le SA XV enchaîne avec un autre gros morceau de Pro D2. Recalé de Top14 après une saison compliquée (sept victoires en 26 journées), Oyonnax se relance plutôt bien à l'étage inférieur. Troisièmes au classement, à égalité de point avec Bayonne et Mont-de-Marsan, les rugbymen de l'Ain échouent souvent de peu à l'extérieur et demeurent invaincus à domicile.

Désireux de retrouver le plus haut niveau au plus vite, les hommes d'Adrien Buononato aspirent à étirer leur belle série face à des Angoumoisins bien moins sûrs de leur fait depuis la débâcle basque. Entretien avec le technicien des Noir et Rouge qui vient d'annoncer qu'il ne serait plus sur le banc la saison prochaine.

" Sud Ouest " Vous avez débuté la saison en vous imposant de justesse contre Vannes (30-29) et Bayonne (18-16), mais le rythme de croisière de l'équipe semble désormais plus rapide. En témoignent vos deux derniers matchs à domicile, où vous avez passé plus de 40 points à vos adversaires...

Adrien Buononato Nous sommes dans le processus normal de construction d'un groupe. Nous avons des objectifs bien définis, bloc par bloc. Nous envisageons de nous qualifier pour les phases finales du championnat, et voulons être en forme à ce moment-là. Sur le premier bloc, il fallait que le groupe assimile la méthode de travail. Sur le deuxième bloc, on s'est concentré sur notre rugby et sur la partie offensive de notre plan de jeu. Désormais, nous sommes sur la mise en place du système défensif. Nous nous préparons également à jouer des matchs d'hiver.

Votre efficacité offensive a fait de vous la meilleure attaque du championnat (237 points inscrits en neuf rencontres). En revanche, défensivement, vous ne faites pas preuve de la même efficacité...

Nous avons encaissé quinze essais en neuf matchs ce qui n'est pas vraiment mauvais mais nous avons des ambitions élevées donc nous devons rendre notre défense imperméable. Nous nous fixons des objectifs par bloc car nous nous focalisons sur le contenu de ce que nous produisons, au-delà du résultat. Avec le staff, nous associons beaucoup les joueurs au projet de jeu.

Dans quel état d'esprit pensez-vous qu'Angoulême va se présenter après la défaite contre Bayonne ?

Le SA XV est une équipe constante qui grappille des places au classement chaque saison. Nous ne les avons pas reconnus lors du visionnage de la vidéo du match contre Bayonne. Eux non plus, je pense. Je ne les vois pas reproduire cette contre-performance. Nous aimerions faire la même chose que Bayonne mais je ne pense pas qu'ils nous le permettront. Ils voudront se rassurer et préparer correctement la réception de Biarritz la semaine suivante. Je penche pour la théorie de l'accident. C'est anecdotique. Nous avons plutôt pris en compte les matchs précédents pour nous préparer. Nous allons affronter la deuxième plus grosse mêlée du championnat et une équipe de haut de tableau.

Vous avez annoncé, le 23 octobre dernier, que vous ne seriez plus sur le banc de l'USO la saison prochaine, après deux saisons dans l'Ain. Pourquoi ?

La saison dernière, après un joli printemps, nous avions pris un coup sur la tête lors du match de barrage contre Grenoble (défaite 47-22, NDLR). Tout le monde a eu du mal à la digérer. Quand j'ai constitué le staff que je souhaitais, j'ai demandé aux dirigeants des garanties de durée pour le staff et moi-même. On m'a répondu par la négative et l'on m'a dit que des partenaires s'étaient opposés à mon maintien. Évidemment, pour travailler sur le long terme, il faut une confiance mutuelle. Je ne voulais pas rentrer dans le conflit et j'ai annoncé aux joueurs ma décision.

Du coup, comme votre sort est déjà scellé, la pression doit être moins forte... Pensez-vous que cette situation puisse avoir des conséquences sur l'équipe, à court ou moyen terme ?

Tout à fait ! Je ne suis déjà pas quelqu'un qui subit beaucoup la pression alors dans cette situation... La seule pression que je me mets est celle du résultat du week-end, par rapport à l'objectif que l'on s'est fixé avec le staff et l'ensemble du groupe. On a vécu pas mal de choses ensemble et les joueurs sont très impliqués dans le projet de jeu. Il n'y aura pas de conséquence à court terme. Sur le long terme, je me demande comment Oyonnax peut rester attractif dans cette instabilité permanente. Mais à la limite, ce n'est plus mon problème...