Avec Adrien Buononato et Khatchik Vartan, Matthieu Ugalde est un des premiers noms incarnant le changement de cycle auSA XV. Rendue publique le mardi 12 février, la signature du demi d'ouverture, qui peut aussi évoluer au centre, est une prise de choix.

Avec 101 matchs de Top 14, à Bayonne, Brive et Grenoble, et 24 rencontres en Challenge Cup au compteur, l'expérimenté Matthieu Ugalde doit permettre au club de passer un cap. L'ambition est claire : se faire une place dans le haut du panier. Entretien avec le néo-Charentais de 26 ans passé par Bayonne, Brive et Grenoble.

" Sud Ouest" Qu'est-ce-qui vous a convaincu de rejoindre le SA XV ?

Matthieu Ugalde Je suis à Grenoble depuis cinq mois et je ne me sentais pas de rester ici. Je suis trop loin de ma famille à Bayonne et de ma copine à Brive. Je n'avais pas de proposition et celle du SA XV s'est présentée. J'ai tout de suite appelé Victor Lebas (qui a joué deux saisons en Charente, NDLR), qui est un très bon ami, pour avoir son avis. Il m'a parlé de la bonne entente entre les joueurs et de la ville que j'avais déjà aperçue puisque j'étais venu plusieurs fois le voir. Il me semble qu'il y a un véritable engouement autour du SA XV, que le stade est régulièrement plein. Et pour voir mes proches, c'est plus simple.

Y-t-a-il de la déception de ne pas avoir été appelé par des clubs de l'élite ?

Bien sûr, j'aurais aimé jouer plus haut mais je n'ai pas envie de faire carrière en étant numéro deux ou trois à un poste. En Top 14, c'est complètement bouché. Il n'y a pas de bonnes opportunités tout en espérant jouer. Je préfère être réellement attendu. Il y a un nouveau projet puisque les deux coachs sont sur le départ. La volonté est de construire pour viser le haut de tableau de ProD2. Mes amis m'ont dit que c'était un club stable. Le président m'a appelé pour m'expliquer qu'il comptait sur moi. C'est plus motivant que d'avoir la sensation d'être la dernière roue de secours.

Vous avez signé pour deux saisons et une supplémentaire en option. Vous semblez convaincu par le projet du club à moyen terme.

Je ne me voyais pas signer pour seulement une année et venir en coup de vent. En fin de contrat, j'aurai 29 ans et je pourrai ensuite faire un choix en ayant pris le temps. J'ai commencé une formation dans le domaine de l'assurance et je me vois bien dans ce secteur en Corrèze ou dans le Pays basque. Mais pour l'instant, je n'en suis pas à penser à ma reconversion. Dès que j'aurais un week-end de libre, je passerai pour visiter le stade. Fin juin, je pourrai m'installer et faire connaissance avec mes coéquipiers.

Connaissez-vous des joueurs de l'effectif actuel ? Le statut de joueur expérimenté, potentiellement titulaire, peut-il être compliqué à gérer lorsque l'on arrive dans un groupe ?

Je connais bien Kevin Le Guen et Arnaud Héguy mais je ne connais pas le coach Adrien Buononato. Je vais tenter de bien m'intégrer dans le groupe. J'essaierai d'apporter au maximum à l'équipe mon expérience et si je peux la faire progresser, tant mieux. Je pense que les joueurs s'attendaient à avoir de la concurrence à ce poste, donc cela ne posera pas de problème.

Avec Brive, vous l'avez emporté contre le SA XV en octobre dernier (score finale 31-18). Quel souvenir avez-vous de cette rencontre ?

La fin de match avait été assez compliquée avec de petits accrochages...C'est une équipe qui met beaucoup d'envie et d'intensité. Malgré le fait qu'ils aient fait tourner pour la rencontre, ils nous avaient bien embêté. Cela me convient ! J'espère qu'on pourra embêter un maximum de grosses écuries à l'avenir.