L'heure de jeu a été fatidique au Biarritz Olympique. Alors que les deux formations étaient encore à égalité après 65 minutes, hier à Chanzy, les Biarrots ont finalement courbé l'échine pour encaisser un 16-0 fatal. Le SA XV s'impose 31-15 et remporte un deuxième bonus offensif consécutif à domicile après celui acquis face à Vannes (42-12).

Après onze journées, les Charentais demeurent invaincus dans leur stade. Une performance qui réjouissait les Violets sans qu'ils n'oublient leurs deux dernières déconvenues à Bayonne (60-9) et Oyonnax (29-12). " À partir du moment où l'on a su inverser la pression, sortir correctement de notre camp et arrêter de faire des fautes de main en leur donnant des munitions à répétition, ça allait un peu mieux, réagissait, satisfait, l'arrière Pierre Lafitte. On avait mal voyagé sur les derniers matchs donc c'était bien pour nous de nous retrouver à la maison. "

Si le vent a tourné en début de seconde période avec l'égalisation biarrote (15-15, 55e), le coach charentais appréciait le travail de sape effectué par son quinze de départ avant que les entrants ne terminent le boulot avec ce 16-0. " C'était un match compliqué, surtout en première période, analysait Julien Laïrle. On s'est retrouvé à jouer face au vent, on perd Jones et Hayes très rapidement dans le match. Il a fallu beaucoup de patience et d'abnégation tout au long de la partie. A l'image du match contre Vannes, on a fait preuve de beaucoup de sérénité et de confiance. Sur la deuxième période, on apporte beaucoup de densité et de vitesse. Le retour de Dorian (Jones, NDLR) et de son pied sont vraiment très importants même si je n'enlève rien à la prestation de Guillaume Laforgue qui a tenu les rênes de l'équipe. On a usé nos adversaires, on voulait prendre l'ascendant psychologique sur eux. "

Angoulême enfonce le BO

Les Charentais ont su appuyer là où le bât blesse, côté BO. Cette dixième défaite consécutive à l'extérieur, si l'on prend en compte la saison dernière, sonne comme un nouveau coup d'arrêt pour les Rouge et Blanc. En conférence de presse, les joueurs et le staff semblaient bien abattus, sans solution face à l'ampleur de la situation. " C'est toujours la même chose, regrettait l'arrière Ximun Lucu. Aujourd'hui, on a commencé par faire de bonnes choses en conquête, particulièrement en mêlée et ce n'est pas souvent à l'extérieur que l'on y parvient ! Mais on fait aussi beaucoup de choses bêtes qui leur permettent de rester dans le match. Quand on a le vent avec nous, comme en première période, on ne peut pas prendre des essais comme ça. Quand vous faites beaucoup d'efforts et que vous prenez des pénalités de la sorte, c'est dur ", confiait-il, le visage fermé.

Fin de match à sens unique

Son talonneur, Ronan Chambord, partageait sa déception. " Nous n'avons jamais su garder l'intensité que l'on avait mise sur les 60 premières minutes du match. Forcément, c'est très décevant. On s'est tous fait mal, il n'y en a pas un qui a triché. Il va vraiment falloir que l'on fasse beaucoup mieux pour s'imposer à l'extérieur. Il ne faut pas lâcher car nous ne sommes jamais loin."

Pour le technicien Jack Isaac, l'inefficacité de l'équipe en zone de marque et la mauvaise performance de son banc expliquent en partie la défaite. Comme à Massy, l'enchaînement de fautes en seconde période a été fatal à son collectif. " On continue à faire les mêmes erreurs à l'extérieur. On n'arrive pas à sortir de cette spirale négative, on manque de confiance. Dès que la partie commence à nous échapper, on se met à enchaîner les fautes et on sort complètement du match. On a cerné ce problème mais, malgré tout, on n'arrive pas à le rectifier. Sur l'apport des remplaçants, il y a des matchs où le banc fait vraiment la différence quand il rentre en jeu, mais des fois c'est dans l'autre sens. Aujourd'hui ils n'ont pas fait le job et en plus, cela nous a coûté cher. " De ce point de vue, il est clair que le BO a souffert de la comparaison face aux Violets.