L'ADVERSAIRE Le dernier de la classe est aussi capable de coups d'éclat, comme il l'a récemment prouvé à Aix. Une donnée que le SA XV doit prendre en compte s'il veut partir en vacances l'esprit libre.

Les Massicois n'ont toujours pas trouvé la clé pour s'établir durablement en ProD2. Sur les huit dernières saisons, Massy a déjà réalisé à trois reprises l'aller-retour avec la Fédérale 1 et commence à avoir le tournis. Actuellement derniers du classement, les Franciliens ne parviennent pas à trouver leur place dans ce championnat, eux qui pourtant, annoncent viser les phases finales en 2021.

Avec seulement quatre victoires et trois points de bonus décrochés, Massy traîne les pieds en queue de peloton. Certes, dans le rugby moderne, l'aspect financier pèse de tout son poids. Et dans ce classement aussi, Massy est dernier avec quatre millions d'euros. Mais c'est surtout l'irrégularité du groupe qui plombe les Ciel et Blanc.

Une entame catastrophique

Malgré une bonne préparation estivale, les Massicois ont débuté de la pire des manières la saison 2018-2019. Les défaites logiques, comme les déplacements à Mont-de-Marsan ou Nevers, ont laissé place aux doutes et aux graves erreurs de parcours. À l'image des revers à domicile contre Vannes (6-21) ou Bayonne (12-21). On imagine que la déconvenue enregistrée face à Angoulême fin septembre (19-20) a elle aussi laissé des traces.

Dans les ultimes minutes de la rencontre, les Charentais étaient parvenus à mettre les locaux à la faute. Après plusieurs tentatives en mêlée, les Angoumoisins optaient finalement pour les poteaux. Avec beaucoup de sang froid, Erwan Nicolas offrait aux Violets leur premier succès à l'extérieur. Mais les hommes du taiseux Didier Faugeron, acculés, ont réalisé coup sur coup deux belles prestations en battant successivement Brive (30-19) puis Biarritz (29-20) en octobre.

" La victoire contre Brive nous a redonné confiance ", confiait le vice-capitaine Baptiste Delage à nos confrères de la Montagne fin novembre. " Nous avons confirmé à domicile contre Biarritz, et notre succès bonifié à Aix-en-Provence (16-38) nous a permis de franchir un cap, tant au niveau du jeu que de l'état d'esprit, expliquait le trois-quarts centre. Nous pouvons être performants dans tous les secteurs du jeu, et si la discipline et la réussite de nos buteurs sont au rendez-vous, nous pouvons battre n'importe qui. " Sauf qu'après cette embellie, Massy est retombé dans ses travers. Fin novembre, les coéquipiers de Christophe Desassis se sont inclinés à la maison contre Aurillac (18-27), adversaire direct pour le maintien. Avant de réagir le week-end dernier contre Colomiers, avec une victoire 22-13, dans " un match de la mort ".

Pas de mauvaise blague

Massy, un adversaire inconstant, dos au mur, dont le coach angoumoisin Julien Laïrle se méfie. Forcément. " C'est une formation très accrocheuse qui bataille beaucoup. L'équipe est très opportuniste et met beaucoup de pression à son adversaire pour le faire déjouer comme ce fut le cas contre Montauban. Ils ont été très efficaces contre Aix. Il ne faut pas être surpris par ces joueurs qui viennent sans pression pour tenter un coup. "

Pour aborder la trêve avec le coeur plus léger mais aussi pour espérer gagner une place au classement, Massy voudrait bien rendre la monnaie de sa pièce au SA XV. " Il a vite fallu sortir de l'euphorie après notre victoire contre Aix vendredi, continue Julien Laïrle. On a rempli le contrat, et dès lundi, on est reparti au boulot. On a fait une bonne semaine d'entraînement. On voit que tous les week-ends il y a des surprises. Il ne faut pas que ça nous arrive. "